Accueil / Cambodge / Travailler à reconstruire : Nouvelles Pousses au Cambodge.


Cambodge

Travailler à reconstruire : Nouvelles Pousses au Cambodge.

Publié le 23/11/2020

Le Cambodge a traversé beaucoup de drames ces dernières décennies. Le régime des Khmers rouges, les 2,7 millions de tonnes de bombes larguées par les forces américaines ont ravagé le pays. 

Depuis plusieurs dizaines d’années, le Cambodge se reconstruit. C’est pour accélérer et soutenir cette reconstruction que travaille l’association Nouvelles Pousses. Partenaire depuis sa création, du Volontariat MEP, elle accueille chaque année deux volontaires sur place.

Présente dans le pays depuis près de vingt ans, elle mène une mission de soutien aux populations rurales les plus fragiles, travaillant avec plus de quatre-cent familles pauvres; Nouvelles Pousses est sur tous les fronts. 

Ombeline, membre du bureau de l’association en France confie le but paradoxal de cette association, qui se veut avant tout au service des cambodgiens : « notre but c’est de ne plus exister, c’est d’apporter un minimum  de soutiens financier et matériel pour qu’ils prennent le relai »

Alors pour pouvoir enfin ne plus exister, Nouvelles Pousses travaille dur. Construction, de toilettes-douches, scolarisation, parrainage, rénovations des écoles, sensibilisation à la gestion des déchets… Peu importe la mission, pour Ombeline : « on part des besoins des populations et pas de ce dont on pense qu’ils ont besoin ».  

Anne-Elisabeth au cours d’une de ses visites

Ce désir de donner le meilleur de soi c’est ce qui a animé Anne-Elisabeth et Mathilde et les a poussé à partir en volontariat catholique à l’étranger. Toutes deux volontaires MEP, elles se sont mises au service de Nouvelles Pousses et de la population. Mathilde, étudiante en urbanisme, était coordinatrice de projet et Anne-Elisabeth, infirmière de formation, s’occupait des suivis médicaux auprès des familles. 

Pour Mathilde, tout juste rentrée en France cette mission a « changé sa vie ». Elle était responsable de la construction de trois cents toilettes douches pour améliorer le quotidien de près de quatre cents familles, de quoi mettre à profit ses études d’urbanisme ! Chaque soir elle rentrait dans le foyer pour jeunes filles où elle était accueillie. Elle y jouait le rôle de surveillante, mais aussi un peu de « grande sœur ». 

« Quand je rentrais de mes journées bien chargées je me donnais comme mission d’apporter un maximum de joie dans ce foyer, de donner un exemple ».

Ce qui a particulièrement marqué Mathilde durant ces deux années dans le foyer c’est la bonne humeur et le rire qui y régnait : « le soir c’était ressourçant, on avait très souvent des fous rires »

Mathilde a été envoyée en binôme avec Anne-Elisabeth. Sur place, leurs échanges ont beaucoup nourri leur vie spirituelle. Cette fraternité dans la joie comme dans les épreuves a été un vrai soutien : « elle m’a redonné le goût de l’amitié »

Pour Mathilde, cette mission fut l’occasion d’un approfondissement de sa foi. Elle qui avait toujours rêvé de marcher dans les pas de Miguel Pro ou de Charles de Foucauld :

« Dans les MEP ce qui était le plus important pour moi c’était le mot « missionnaire ». Il y avait une vision chrétienne et catholique qui était pour moi indispensable. Je voulais faire quelque chose pour l’église ».

 

Tout juste rentrée en France, Mathilde voit les fruits de son travail au Cambodge. Aux yeux de sa famille c’est clair : elle a reçu au moins autant qu’elle a donné. 

De son côté Anne-Elisabeth a préparé un dossier pour sa remplaçante avec toutes les adresses utiles : hôpitaux, divers services spécialisés, laboratoires, ONG médicales, etc. En ce mois de novembre, deux volontaires peuvent, malgré la situation actuelle, prendre la suite d’Anne-Elisabeth et Mathilde. Hortense et Lyadaine reprennent ainsi le flambeau des volontaires qui œuvrent depuis une dizaine d’années avec Nouvelles Pousses.   

François Tayolle

 

 

 

 

Retrouvez toute l’actualité de l’Association Nouvelles Pousses sur son site internet : nouvellespousses.org

Vous aussi, mettez vos compétences au service des plus fragiles, partez en mission de volontariat catholique à l’étranger, devenez volontaire MEP ! 

Je pars en volontariat