Accueil / Paroles de volontaires / Il était une fois à Manille


Paroles de volontaires

Il était une fois à Manille

Publié le 12/04/2021
Mariés depuis mai 2018, le désir de partir ensemble en mission était déjà présent dans nos cœurs. Nous nous sommes donc rapprochés des Missions Étrangères de Paris qui envoient des prêtres et des jeunes en volontariat en Asie et en Océan Indien.

Nous nous sommes envolés vers Manille (capitale des Philippines) le 03 septembre 2019. Sur place, nous avons été accueillis dans la communauté des OMI fondée par un français : Saint Eugene de Mazenod. Notre paroisse d’accueil se situe à 3km au nord de Manille dans le diocèse de Caloocan.

Le contexte

Beaucoup d’enfants issues des bidonvilles ne vont pas à l’école ou ont seulement cours le matin ou l’après-midi (car les classes sont surchargées). De ce fait, lorsque les enfants rentrent chez eux dans leurs bidonvilles, ils s’occupent en jouant avec des déchets ou encore passent beaucoup de temps devant internet à regarder des vidéos violentes. Il faut savoir également que mis à part la précarité, les enfants grandissent dans un contexte difficile. Beaucoup d’entre eux ont déjà vu un proche ou un voisin se faire tuer dans le cadre de la lutte contre la drogue du président Duterte.

Notre mission

Nous devions nous occuper de l’association Phil’Book créée en 2012 par 2 anciennes volontaires. Le but de l’association est de favoriser l’épanouissement des enfants de 3 à 12 ans, qui vivent dans les bidonvilles de Manille, en leur donnant accès à la culture, en particulier par le biais des livres et des jeux de société.

Bibliothèques de rues

Nous organisions des bibliothèques de rues du mardi au dimanche. Au cours de ces bibliothèques, une histoire était lue par une volontaire, Philippine. Une fois l’histoire terminée, les enfants recevaient un coloriage et pouvaient participer à une activité avec différents jeux de logiques, français ou mathématiques que nous préparions en amont.

Bibliothèque fixe

Après avoir entrepris de gros travaux de rénovation, la bibliothèque est devenue un lieu où les enfants peuvent venir apprendre tout en s’amusant. Nous avons mis en place des activités en lien avec une compétence à acquérir (exemple : le jeudi les mathématiques). Une fois les 2 activités effectuées, nous leur lisions une histoire et les enfants pouvaient prendre un temps de lecture.

 

Événements culturels

Bien que tous les projets n’aient pu aboutir à cause du covid-19, nous avons organisé des olympiades pour une centaine d’enfants, une Christmas party (grand évènement festif à l’approche de Noël) pour 200 enfants des bidonvilles, ainsi qu’une visite au Planétarium. À côté de cela, nous entraînions une équipe de foot et organisions des matchs avec les enfants d’autres bidonvilles.

 

L’incendie de Market 3

Nous avons vécu un moment fort en émotion lors de l’incendie à Market 3, mi-octobre 2019. Nous sommes allés sur place pour voir comment se portaient les habitants, ainsi que les enfants. C’était très touchant, car personne ne se plaignait ! Une femme, victime de l’incendie nous a proposé à boire alors que c’était tout ce qu’il lui restait. Un enfant nous a, quant à lui, expliqué qu’il avait perdu ses tongs, seul bien qu’il possédait, ne portant plus que sur lui un grand tee-shirt.

Quelques jours plus tard, nous sommes revenus à Market 3 pour mettre en place des bibliothèques de rue, le meilleur moyen pour nous de les aider et de les distraire. Nous avons laissé les enfants exprimer librement leur créativité à travers le dessin et tous ont dessiné une maison, expression de ce qu’ils avaient perdu dans l’incendie. Cela nous a énormément attristés et émus. Je pense que ce souvenir sera à jamais gravé dans nos mémoires, lorsque nous nous remémorons notre volontariat aux Philippines, car cet événement est le témoignage d’une population qui n’a presque rien et qui pourtant trouve de la joie dans le peu qu’elle possède.


Aujourd’hui, nous sommes de retour en France et engagés auprès de notre nouvelle paroisse. Nous avons pu trouver un appartement à Crécy la Chapelle et je travaille en tant que logisticienne omni commerçante et David est adjoint en pastorale scolaire.

Nous remercions le Saint Esprit qui nous a guidé tout au long de notre mission ainsi que cette citation de Mère Teresa :

« Donne tes mains pour servir et ton cœur pour aimer » .

 

 

 

 

David et Amaïa ABELL, volontaires MEP